My Boss my Hero

boss

Oui, je me suis enfin laissée tenter par ce truc quand même assez connu... Sauf que je ne connaissais pas. Il a fallu que ce soit un outsider anti-bishos qui m'en parle, vous vous rendez compte!!! Ceci dit, il ne savait probablement pas que ce drama, outre son génie total du début à la fin, compte non pas un, non pas deux, mais plutôt TROIS Johnny's! Eh oui. Le problème, c'est qu'au total, ça nous fait un vieux, un moche, et un ours en peluche qui sert à rien. Eh oui, tout le monde peut se planter^^'
Ceci dit, malgré l'âge, ça m'a permis de découvrir Nagase Tomoya, et là, youpi, quelle découverte! Entre Long Love Letter et My Boss my Hero, je crois que je suis en train de me faire convertir aux vieux Js :D  Ce qui est toujours mieux que Koki ou encore Tegoshi, même si Tegoshi lui au moins a une bonne bouille (un peu comme un petit cousin mignon qu'on pose sur le bord du canapé et qu'on oublie là car sachons-le: Tegoshi ne sert à rien.)

yuyafx6
"Quand je pense que je risquais quasiment ma vie à chaque fois que je l'appelais "Makky"..."


Euh, je devrais peut-être parler du drama...


Eh bien, l'histoire est celle de Sakaki Makio, l'héritier d'un clan de Yakuzas, un type redouté, terriblement baraqué (un japonais baraqué, miraaaacle!) surnommé la Tornade d'après ce qui reste des lieux quand il s'énerve un peu, bref, ce type est une vraie terreur, il est destiné à reprendre en main le clan... ou pas. Certes, car en réalité, notre pauvre Makio, si balaise qu'il soit dans la force brute, est, il faut le dire même si c'est triste, con comme un balai. Et je pèse mes mots. En fait, ça atteint des profondeurs jusque là insondées, jusqu'à forcer l'admiration. On se dit, mon dieu, mais comment fait-il? Comment fait-il pour être crétin à ce point? A ce niveau-là, ça devient presque un sport.
Enfin, toujours est-il que son père est un chef Yakuza et qu'il n'est pas la moitié d'un imbécile, il se rend bien compte que ce serait une idée discutablement bonne de placer à la tête du clan un mec incapable de réfléchir pendant plus de 90 secondes de rang. Il va donc lui proposer un marché: "Mon fils, tu veux reprendre le clan? alors passe ton bac d'abord."
Oui, Makio se voit contraint et forcé de faire une année de Terminale et de ramener son diplôme de fins d'études pour pouvoir reprendre le clan... Avouez, c'est rageant, non?
Bref, le pauvre coco accepte, parce que de toute façon il n'a pas vraiment assez de cervelle pour imaginer un autre plan. Le voilà donc enrôlé dans un lycée en classe 3-A, et obligé de porter un uniforme beige d'un goût plus que douteux (personnellement, je trouve ça terriblement moche).
Il va donc tenter de s'en sortir tout au long de l'année de façon à avoir son diplôme et pouvoir hériter de la direction du clan... seulement, il va lui falloir composer avec les détails de la vie lycéenne, comme les camarades de classe, les émois amoureux (particulièrement hilarants), les examens, les notes... ah, et puis aussi, accessoirement, le monde yakuza qui ne s'arrête pas pour autant de tourner même s'il va au lycée.

My_boss_my_hero
La technique de Makio pour ne pas se faire interroger.

L'esprit du drama

Ce qui fait toute la force de ce drama, c'est certes un scénario super, mais avant tout, c'est Nagase Tomoya. Celui qui est beau comme tout, chante superbement bien, joue dans un groupe génial, joue la comédie de façon complètement géniale ET est un Johnny's. J'ai l'habitude de dire qu'on ne peut pas tout avoir dans la vie, la preuve étant Jin, mais visiblement, Nagase Tomoya, lui, wouaw, il a tout, et il excelle. Il surjoue, mais n'en fait jamais trop! C'est surprenant, car c'est bien dosé, il n'y a rien de trop, mais on exploite suffisamment les choses pour ne pas être frustré. Enfin, génial, quoi.
En plus, autant grâce aux rebondissements ingénieux que grâce aux acteurs, c'est drôle. Hilarant, même. On ne s'ennuie pas un instant (bon sang, que j'ai horreur des formules toutes faites!) et on n'est pas pour autant suspendu au drama au point de cliquer frénétiquement sur l'épisode suivant quand on vient d'en finir un. C'est un drama agréable, parce qu'il n'est pas addictif par son suspense mais plutôt par son humour; on est libre de regarder la suite ou non, et au final, la question ne se pose même pas: la suite, maintenant. Au niveau du scénario, le premier épisode à lui seul donne un assez bon aperçu de l'esprit du drama: une course au pudding, un saut entre deux bâtiments de plusieurs étages avec un drapeau en synthétique en guise de parachute, bon, on peut déjà se dire que ça commence bien. Seulement, ce n'est pas fini, il y a neuf autres épisodes après le premier... autant dire que ça laisse le temps pour pas mal d'autres situations carrément burlesques et follement hilarantes. Il y a certes une grande leçon philosophique sur la vie en général tout au long du drama, mais que voulez-vous, c'est devenu une contrainte systématique, chaque drama DOIT avoir sa ligne de morale à distiller dans les cervelles bien décapées de son jeune public. Donc, bon, étant donné que c'est d'ailleurs plutôt bien amené, moi je dis, pourquoi pas? en plus, bon, pour une leçon de morale, on a une dizaine de gags, donc ça n'est pas encore de l'arnaque... on a droit à des choses assez surprenantes: Koki qui mord le crâne de Tegoshi, vous en rêviez, MBMH l'a fait! xD

20874a5f13f1199074810c16075023f21225382826_full

En ce qui concerne le casting

Alors, là, j'ai déjà évoqué nos trois Js de carrure différentes; Koki et sa tête bizarre en version rasé (c'est ce qui limite le plus les dégâts, croyez moi!) qui est un bébé Yakuza et brodeuse appliquée =P, Tegoshi qui comme d'habitude, a le cheveu lustré, l'oeil brillant, et ne sert strictement à rien, et Nagase Tomoya qui est hilarant en uniforme moche et terriblement classe en yakuza (ça lui va à RAVIR! D'ailleurs je suis ravie.)
En fait, ça tombe plutôt bien, c'est la première fois que je les vois tous les trois dans un drama; pour Koki je me contentais de l'éviter et de prier pour qu'il soit en hors champ quand je regardais du Kat-Tun, Tegoshi j'avais découvert le concept avec le Summary 2004 et les backstages qui avaient confirmé le fait qu'il ne sert à rien, et Nagase Tomoya, je me contentais d'écouter par-ci par-là une chanson ou deux de Tokio, mais sans vraiment faire le lien ou regarder les jolies images (parce que lui aussi, les catastrophes capillaires, ça lui est arrivé). Bon, eh bien ils m'ont tous convaincue :D Et pourtant, entre Tegoshi et Koki, c'était pas gagné. Attention, le fait qu'ils m'aient convaincue là-dedans ne veut pas dire que j'adhère; Tegoshi ne sert toujours à rien et Koki est toujours un affreux serial-killer du bon goût tout juste bon à molester Junno, sport que justement je ne cautionne pas. Cependant, ils sont pas mal, chacun dans leur genre, dans le rôle qu'on leur a donné... ce qui m'amène à déclarer qu'en réalité, le casting est excellent. Koki, évidemment, nerveux et pas gracieux, dans un rôle d'espèce d'hystérique un peu con-con - ceci dit, je ne l'imagine pas vraiment dans d'autres types de rôles. On verra si un jour je peux faire l'effort surhumain de regarder un autre de ses dramas, mais pour le moment je vais m'en tenir là: on l'a posé dans ce genre de rôle, et effectivement, ça lui va à ravir (des prédispositions innées, peut-être?)
Quant à Tegoshi, lui, eh bien avec sa bonne bouille et son sourire niais, c'est un peu le ducon-la-joie de service, le mec qu'on a posé là parce qu'il en fallait un plutôt normal, qui ne soit ni populaire, ni intelligent, ni spécialement beau, ni drôle, ni... oui, bon, on a compris, en fait, Tegoshi, il ne sert à rien. Mais, bon, il est bien sympa, alors on le garde, et puis il en fallait bien un pour appeler le terrifiant chef de clan yakuza par le doux petit surnom de "Makky", non? et il faut l'avouer, il est tellement chou, Tegoshi... on le cerne à dix kilomètres, et c'est le grand gentil de l'histoire, même si parfois, miracle, il réfléchit de façon presque futée. Et puis, on a beau tenter de nous lancer sur la mauvaise piste tant qu'on veut, impossible d'être dupe: en fait, il est fou amoureux de Makio, voilà tout. Même Koki s'en rend compte, et Umemura-san à la fin, aussi :D

mbmhMyojo1_1 0db8b2d6c28a7ceb18112a3bda15fb331225382808_full
Les trois J's et Umemura-san

D'ailleurs, parlons-en, d'Umemura-san. Je crois bien que c'est la même actrice que pour Mika, dans le film de Koizora. Si je ne me suis pas trompée (je me trompe plutôt rarement, de façon étonnante, pour différencier les acteurs, donc pourquoi pas les actrices?) alors je l'aime bien^^ Déjà parce qu'elle a une bonne bouille, ensuite parce qu'elle joue bien, entendez par là de façon juste et sans rien surjouer à la pénible, sans minauder ni rien, et pour finir, je l'aime bien parce qu'elle a les cheveux longs, et que les cheveux et moi, c'est une grande histoire d'amour. Non, plus sérieusement, c'est parce que pour faire pousser ses cheveux il faut pas mal de persévérance, et là, respect (quoique... je me demande si c'est tellement plus sérieux). Enfin, comprenez qu'elle est très reposante, car ce qu'elle fait sonne sincèrement, et elle est naturellement mignonne, contrairement à un bon paquet d'actrices qui minaudent à longueur de tournage car la japonaise de base se doit d'être kawaï, tout comme le bisho de base se doit d'être pouvoir confondu avec une fille. C'est une fille du genre "très bien" dont je me réjouis qu'elle ait eu comme partenaires de drama/film Nagase Tomoya ou Miura Haruma; après tout, c'est toujours mieux si nos chous ont des partenaires sympathiques, ça freine le syndrôme de haine cathartique de la fangirl et ça augmente l'espérance de vie desdites partenaires qui risquent donc moins de mourir dans un attentat fangirlique, battues à mort à coups de bomebs de laque et de battes de base-ball collector avec la tête de Tegoshi imprimée dessus (pour parfaire le tableau). Mais il reste encore une tête de casting dont il faut que je vous parle:

31_My_Boss_My_Hero
Minami-sensei.

Minami-sensei est la  prof principale de la classe 3-A, et en plus, elle est plus jeune que Makio. Alors même si le pauvre chou, terriblement traumatisé, a tendance à l'appeler la femme au masque de fer (et parfois ça lui échappe, que voulez-vous, il est con, c'pas sa faute!) c'est une fille très chouette, et elle est jouée par quelqu'un contre qui j'avais un bon paquet d'a prioris...
Ne cherchez pas son nom dans cet article, j'ai un problème avec les noms féminins. Les noms de bishos, je mémorise sans problème, mais pour les filles, allez savoir, y'a pas moyen, mon cerveau doit avoir une limite pour les choses inutiles à mémoriser^^'
Enfin bref, sachez qu'elle a également joué dans le premier film de Death Note: elle y faisait la fiancée de Light (vous savez, celle dont on sait pas d'où elle sort, et que j'ai toujours eu envie de gifler à chaque fois que je revoyais le film). Sinon, elle a aussi joué dans Yukan Club; elle y était Noriko, la fille à la coupe au carré qui hait les hommes et que j'avais envie de gifler à chaque fois qu'elle entrait dans le champ. Bon, donc si on fait le compte, jusque là à chaque fois que je la voyais ça me donnait envie de faire avance rapide, avec ses airs hauts et sa façon de parler indescriptible mais horripilante. D'ailleurs, notons que si on cumule ses dramas, elle a joué avec trois membres des Kat-Tun, dont les deux plus beaux et le plus moche (il fallait bien compenser) donc, c'est quand même qu'à la fin elle doit commencer à avoir des contacts, à force^^
Eh bien dans MBMH, je l'ai trouvée vraiment très chouette. Comme quoi, un avis ça évolue. Elle était très juste et n'en faisait pas trop (en fait, maintenant ça doit relever de la direction d'acteurs; aucun n'exagérait trop en fait) et puis j'ai fini par la trouver sympathique^^ Il faut dire qu'au bout d'un moment, elle finit par avoir la classe, à ne jamais s'effrayer de peu et à garder la tête froide. Et en plus, il y a une petite blague cachée dans ce drama: on y apprend l'origine d'un célèbre personnage, incontournable dans le monde du drama japonais - mais cette info est aussi délibérément dissimulée que l'amour ardent de Sakura-truc pour Makky. Ceci dit, je suis gentille, et je vais quand même vous le dire... Vous prenez Sakaki Makio et Minami-sensei, vous les mariez, et ça donne... Ceci xD

Oui, d'accord, j'arrête mes bêtises^^ N'empêche, je suis certaine que c'est ça.

Toujours est-il que My Boss my Hero est un drama très chouette; ce serait dommage de passer à côté, d'autant qu'on peut le garder en suspens un moment pour le reprendre quand on a le temps. D'autant que l'ending, Sorafune, des Tokio (tiens tiens^^) est absolument génial (oui, gros coup de coeur de ma part...)